Rocío Molina

Danse

Sur le chemin qu’elle s’est fixé, entre danse contemporaine et pur flamenco, Rocío Molina a construit sa nouvelle pièce comme un récital, avec son corps pour instrument. Tout aussi forte et fascinante que dans Bosque Ardora où elle incarnait une amazone traversant un univers profondément masculin, entre rébellion et soumission, elle se livre et s’offre au public dans un désir de libération et de renaissance, avec une oeuvre plus intimiste, entre violence assumée et sensualité diffuse. Symboliquement, Rocío Molina apparaît d’abord dans la robe traditionnelle d’une danseuse de flamenco, ici blanche immaculée, s’enroulant dans les replis du volant de la bata de cola, l’indispensable traîne mouvante qui souligne toute la grâce des enchaînements codifiés et ritualisés. Cette enveloppe contraignante va laisser place à d’autres costumes, à d’autres danses qui lui permettent d’explorer son immense besoin de liberté et d’inventions. Alternant les moments de silence, où l’oreille ne perçoit que les sons venus du frottement du corps et des tissus sur le sol, et les passages saisissants de musique et de chants des quatre musiciens, le spectacle avance au rythme des tentatives toujours ludiques de la danseuse qui ose tout, provoque et surprend, s’adresse sans cesse à ce public qu’elle vient chercher au plus près de l’avant‑scène. Avec une vitalité qui emporte tout, Rocío Molina, fragile et puissante, circule dans les oeuvres de ceux qui l’ont inspirée, de Dante avec sa Divine Comédie à Jérôme Bosch dans son Jardin des délices. Inlassablement, l’artiste poursuit, sans se fixer de limites, un voyage entre ombres et lumières, tradition flamenco et recherche improvisée, un « voyage vers l’inconnu » risqué mais indispensable, d’une rare splendeur et d’une poésie envoûtante.

Lundi 4, mardi 5 décembre à 20:30
et mercredi 6 décembre à 21:00
Maison de la culture salle Jean-Cocteau


Durée 1 heure 30

Co-direction artistique, chorégraphique, direction musicale
Rocío Molina

Co-direction artistique, dramaturgie, mise en scène et création lumière
Carlos MArquerie

Composition de la musique originale
Eduardo Trassierra

Costumes Cecilia Molano

Avec
Danse
Rocío Molina

Guitares
Eduardo Trassierra

Chant, basse électrique
José Manuel Ramos "Oruco"

Batterie, percussions, musique électronique
Pablo Martín Jones

« La minute du spectateur », portrait vidéo de la chorégraphe Rocio Molina réalisé par la Maison de la Dance de Lyon (2012) : Cliquez-ici pour voir la vidéo