Le Pays lointain © Jean-Louis Fernandez - Visuel Antoine+Manuel
théâtre
Le Pays lointain
Jean-Luc Lagarce
Clément Hervieu-Léger

Le dernier voyage, l’ultime retour vers les lieux de l’enfance avant que tout ne s’arrête et que la vie s’efface. Le voyage d’un homme, véritable double de l’auteur, qui se sait condamné et veut retrouver ceux qu’il a  volontairement quittés pour se libérer des codes et des contraintes d’une vie familiale et provinciale qui l’étouffait. Cette pièce testamentaire de Jean-Luc Lagarce, terminée quinze jours avant sa mort, met en présence les deux familles dans lesquelles il s’est construit : la famille génétique, père, mère, frères et sœurs, et la famille choisie, celle des ami(e)s et des amants. Les vivants et les morts se croisent, échangent, se taisent, s’agressent, s’embrassent. Entre rires et larmes, souvenirs heureux et malheureux, entre le dit et le trop souvent non-dit, on touche comme rarement à la complexité des liens humains. Dans un décor de  parking d’une banlieue banale, lieu d’errance habité le temps de ces retrouvailles, Clément Hervieu-Léger fait entendre avec précision la force de l’écriture de Jean-Luc Lagarce, faite de répétitions, de flashback et  d’une exigence extrême dans la recherche du vrai et bon mot qui exprime au mieux ce que l’on veut dire. C’est une fête du théâtre qui se déroule dans cette confrontation émouvante, que les onze comédiens  portent avec un immense talent et une grande sincérité. Derrière les mots on entend alors les souffrances cachées, l’impossibilité d’annoncer la mort qui vient, mais aussi ces liens secrets faits de mille petites  choses souvent indicibles, qui soudent les familles et touchent au cœur.

Vidéos
La presse en parle

Les mots coulent tel un torrent furieux. Ils s’entrechoquent, se répètent, disent la vie, les passions, les absences. Ils révèlent les parts d’ombre, les non-dits. Ils chantent, dansent, virevoltent et s’unissent en un bouleversant cri d’amour. Délicatement ciselé par Clément Hervieu-Léger et sa troupe virtuose, le déchirant et poétique chant du cygne de Lagarce nous touche en plein cœur.
— Olivier, Médiapart

Lieu
Maison de la culture
Salle Jean-Cocteau
Horaires
vendredi 25 janvier à 19:30
samedi 26 janvier à 17:00
Durée
4 heures 15
avec entracte
Distribution

Mise en scène
Clément Hervieu-Léger
Scénographie
Aurélie Maestre
Costumes
Caroline de Vivaise
Lumières
Bertrand Couderc
Musique
Pascal Sangla
Réalisation sonore
Jean-Luc Ristord
Maquillage et coiffure
David Carvalho Nunes
Assistante à la mise en scène
Frédérique Plain
Avec
Aymeline Alix, Louis Berthélemy, Audrey Bonnet, Clémence Boué, Loic Corbery de la Comédie-Française, Vincent Dissez, François Nambot, Guillaume Ravoire, Daniel San Pedro, Nada Strancar, Stanley Weber

+ Production - Coproduction

Création en septembre 2017 au Théâtre national de Strasbourg / Production déléguée : La Compagnie des Petits Champs / La Compagnie des Petits Champs est conventionnée par la Drac Normandie – ministère de la Culture et de la Communication et reçoit le soutien de la région Normandie, du département de l’Eure, et de l’Odia-Normandie
Coproduction : Théâtre national de Strasbourg, Châteauvallon – SN, Théâtre de Caen, Célestins – Théâtre de Lyon, SN d’Albi, L’Entracte – scène conventionnée de Sablé sur Sarthe / Les décors et les costumes sont réalisés par les ateliers du Théâtre national de Strasbourg / Le Pays  lointain est publié aux éditions Les Solitaires intempestifs.