mohabbat

Musique


titi robin


Sept musiciens sur la scène pour un concert d’exception. Et presque autant de pays, Inde, Turquie, France, Brésil, Maroc. Entre ces artistes, la rencontre n’est pas feinte. Au centre du plateau, Titi Robin, l’homme qui les a réunis autour de lui au fil du temps, de ses voyages et de ses rêves. Ainsi fait-il depuis ses débuts. Entre 2010 et 2011, il part à Bombay, puis à Istanbul, enfin à Agadir. À ses yeux, c’est un seul et même voyage artistique et politique. Chaque fois, avec des musiciens et une maison de disque locaux, il enregistre un disque diffusé sur place, la somme des trois formant un coffret distribué en France. Avec ce projet au long cours, Titi Robin veut inventer un autre modèle économique, plus égalitaire que celui prévalant habituellement dans les musiques du monde. Le concert intitulé Mohabbat est un peu l’histoire de cette utopie pratique. Mohabbat signifie passion. Angevin, autodidacte, instinctif, joueur de guitare, de oud (luth oriental) et de bouzouq, également compositeur, Titi Robin revendique deux figures tutélaires qui ont fait de lui ce qu’il est, le chanteur flamenco Camarón de la Isla et le joueur de oud Munir Bachir. Tel est son bagage d’artiste et d’homme, puisqu’il ne sépare pas les deux. De sa rencontre décisive avec la musique, il dit qu’elle l’a transformé, qu’elle lui a permis de rassembler les morceaux épars de sa conscience. Si le monde est habitable, c’est aussi parce que des artistes comme Titi Robin le rêvent autre que ce qu’il est. Impossible de ne pas ajouter à son nom, ceux de ses compagnons de fortune, Murad Ali, Sinan Celik, El Mehdi Nassouli, Francis Varis, Ze Luis Nascimento et le chanteur Shuheb Hasan.


avec
Sinan Celik (kaval –  flûte populaire), Murad Ali Khan (sanrangi – vielle jouée avec archet),
El Medhi Nassouli (voix, guembri), Shuheb Hasan (voix), Francis Varis (accordéon),
Ze Luis Nascimento (percussions), Titi Robin (oud, guitare, bouzouq)

techniciens Guillaume Dubois, Nicolas Bidet, Séverine Gallou



Acheter

mardi 24 mars à 20:30
maison de la culture salle Jean-Cocteau
durée 1 heure 30 environ



Facebook
Twitter