JOHANNY BERT

Johanny Bert

 

C’est en très jeune spectateur que Johanny Bert découvre, dans sa ville natale du Puy-en-Velay, le monde merveilleux de la marionnette, un monde qu’il veut faire sien. Il en découvre la richesse au cours des stages qu’il effectue à Paris chez Alain Recoing – qui a collaboré notamment avec Antoine Vitez à Chaillot – dans son Théâtre aux Mains Nues, véritable lieu d’apprentissage pour plusieurs générations. Il y apprend qu’un marionnettiste n’est pas seulement un brillant technicien qui manipule, mais qu’il doit être aussi un interprète au service d’une dramaturgie, sortant de son castelet pour assumer un statut d’acteur, un peu différent des autres, puisqu’il est accompagné d’une marionnette. En parallèle, Johanny Bert débute une formation d’acteur aux ateliers de La Comédie de Saint-Étienne, où il se forme aux techniques du jeu. Il devient metteur en scène et crée sa propre compagnie au Puy-en-Velay, le Théâtre de Romette, du nom d’un personnage populaire local de la fin du XIXe siècle, qu’il conçoit comme un espace d’expérimentation, proposant des projets personnels dont le rapport entre les acteurs et les formes marionnettiques se réinventent toujours en fonction des dramaturgies.

 

Bénéficiant de la rénovation du théâtre à l’italienne du Puy-en-Velay, il devient pendant trois ans artiste en résidence, imagine des activités de développement des publics sur le territoire, en même temps qu’il conçoit plusieurs spectacles – Krafff, Ceux d’ailleurs, L’Opéra de quat’sous – dont certains tournent encore en France et à l’étranger. Ces années lui permettent d’inventer un théâtre avec marionnettes, ouvert à tous les publics, aux spectateurs de tous âges.

 

Passionné par différentes disciplines artistiques, spectateur curieux et désireux d’écrire un projet plus vaste pour un théâtre, il postule au centre dramatique national de Montluçon avec une troupe d’acteurs permanents. Nommé en 2012, il inscrit ses recherches dans ce théâtre historique en se mettant au service d’un lieu, d’un territoire, se définissant comme un « bricoleur » qui apprend en faisant, un artisan qui développe un espace de création partagé avec d’autres artistes. Pour partager l’outil de travail qui lui a été confié, il invite aussi des metteurs en scène et des plasticiens qu’il fait rayonner dans les territoires pour fidéliser les publics, imaginant une fois encore des formes diverses, particulièrement autour des questions d’identité, souvent au cœur de ses propositions artistiques comme lorsqu’il met en scène Peer Gynt en 2015.

 

Aujourd’hui, il fait le choix de reprendre son parcours de créateur à travers un nouveau projet. Une compagnie inscrite dans les terres d’Auvergne, et plus largement dans la nouvelle région, au contact de publics, en implantant sa compagnie à Clermont Ferrand. 

 

Loin de l’imagerie de la marionnette cantonnée au théâtre jeune public, Johanny Bert invente avec son équipe un théâtre peuplé de personnages mi-hommes mi-objets, qui lui sont inspirés des textes, des dramaturgies, des sujets, et qui lui permettent d’ouvrir le champ infini des rapports au Même et à l’Autre. Ces corps sans cesse réinventés interrogent, chacun à leur façon, les manques, les désirs, les états de corps et d’âme d’individus qui se cherchent au cœur d’une humanité en constante évolution.

 

Depuis 2016, la compagnie de Johanny Bert est également conventionnée pour trois ans par la Ville de Clermont-Ferrand.

 

 


Visuel_Associes_JohannyBert

 

À voir aussi

De passage

Waste