HISTORIQUE

La Comédie de Clermont-Ferrand, scène nationale a été fondée le 3 avril 1997. C’est une association de la loi 1901 présidée par Monsieur Michel Rollier depuis le 1er octobre 2012 et dirigée par Jean-Marc Grangier depuis le 2 janvier 2002.

 

Les présidents

 

Michel Rollier, 1er octobre 2012
Daniel Thévenet, 2 juin 2006 – 1er octobre 2012
Michel Clermont, 7 juin 2000 – 2 juin 2006
Jean Ehrard, 14 février 1997 – 7 juin 2000

 

Les directeurs

 

Jean-Marc Grangier – Depuis 2002
Dès son arrivée, Jean-Marc Grangier s’est engagé à développer l’action culturelle sur le territoire auvergnat, en mettant en avant l’accessibilité à la culture : s’adresser au plus grand nombre, inciter au libre choix des individus, aiguiser leur curiosité en proposant des spectacles de grande qualité et une programmation accessible.
Il défend depuis un projet qui relève le défi de faire marcher une scène nationale sans lieu spécifique, de développer une équipe et un public grâce à des propositions artistiques ouvertes à tous et un choix de créateurs privilégiant l’échange.
Au travers de la programmation, il s’attache à relier le public avec la création contemporaine, en faisant découvrir des spectacles relevant de genres artistiques et d’esthétiques variés, notamment le théâtre, la danse et la musique.
Grâce à l’exigence et à l’ouverture de la programmation, des artistes de talents reconnus internationalement se produisent à Clermont-Ferrand et participent à la qualité de vie dans cette ville.

Jean-Pierre JourdainDe 1996 à 2001

 

Lieu identitaire

 

Depuis sa création, la Comédie de Clermont-Ferrand ne bénéficie pas d’un lieu qui lui soit propre, contrairement aux autres scènes nationales aujourd’hui. Un projet de construction d’un lieu identitaire est cependant mené depuis plusieurs années par un comité de pilotage regroupant autour de la scène nationale, la ville de Clermont-Ferrand, la Clermont Communauté, le conseil général du Puy-de-Dôme, le conseil régional d’Auvergne et la Direction régionale des affaires culturelles d’Auvergne (ministère de la Culture). Le projet de construction est actuellement dans ses dernières phases de préparation, avec une ouverture envisagée pour la saison 2018-2019. 
Clermont-Ferrand sera alors dotée d’un nouveau bâtiment culturel majeur, érigé sur l’ancien site de la gare routière, mitoyen à la maison de la culture, et consacré aux missions de la scène nationale.

 

 

Les artistes associés

 

Johanny Bert, metteur en scène
2016-2017 De Passage, Waste

2010-2012
2010-2011 L’Opéra du Dragon, Impromptus, Ceux d’ailleurs + Krafff

2011-2012 L’Opéra du dragon, Les Provisoires, Les Pieds dans les nuages

Fabrice Lambert, chorégraphe
2016-2017 Jamais assez, L’Incognito + Gravité

Mélanie Laurent, metteuse en scène
2016-2017 Le Dernier Testament

Antoine+Manuel, graphiste-designer
Depuis 2002

Jean-Louis Fernandez, photographe
Depuis 2002

Bérengère Fournier et Samuel Faccioli, chorégraphes, compagnie La Vouivre
 2012 – 2014

Kaija Saariaho, compositrice
2007-2008 Sept papillons, Choeur d’enfants de Tapiola, Hidden : chorégraphie de Carolyn Carlson, Aile du songe, Chants et rechants : hommage à Olivier Messiaen par Les Jeunes Solistes, direction Rachid Safir

2008-2009 Nocturnes : concert Chopin-Saariaho, Concert pour pièces électroniques et vidéo, L’Amour de loin : opéra, Meta4 : concert Haydn-Saariaho-Zemlinsky, Graal Théâtre : concert Orchestre d’Auvergne

2009-2010 The Tempest Songbook, Nymphéas, Jardins japonais, Terra Memoria

Frank Micheletti, chorégraphe
2007-2008 Constellations, Gyrations of Barbarous Tribes, Maputo, Koko Doko

2008-2009 Geografia, Constellation 2

Antoine+Manuel, graphiste-designer
Depuis 2002

Jean-Louis Fernandez, photographe
Depuis 2002

Bérengère Fournier et Samuel Faccioli, chorégraphes, compagnie La Vouivre
 2012 – 2014

Kaija Saariaho, compositrice
2007-2008 Sept papillons, Choeur d’enfants de Tapiola, Hidden : chorégraphie de Carolyn Carlson, Aile du songe, Chants et rechants : hommage à Olivier Messiaen par Les Jeunes Solistes, direction Rachid Safir

2008-2009 Nocturnes : concert Chopin-Saariaho, Concert pour pièces électroniques et vidéo, L’Amour de loin : opéra, Meta4 : concert Haydn-Saariaho-Zemlinsky, Graal Théâtre : concert Orchestre d’Auvergne

2009-2010 The Tempest Songbook, Nymphéas, Jardins japonais, Terra Memoria

Frank Micheletti, chorégraphe
2007-2008 Constellations, Gyrations of Barbarous Tribes, Maputo, Koko Doko

2008-2009 Geografia, Constellation 2


Réseau essentiel de production et de diffusion du spectacle vivant, dignes héritières de la politique de décentralisation et de démocratisation culturelles imaginée par Jean Zay et impulsée par Jeanne Laurent puis André Malraux à la fin de la seconde guerre mondiale, les scènes nationales sont l’un des piliers de la politique culturelle en France, aux côtés des centres dramatiques et chorégraphiques nationaux, des scènes conventionnées, des pôles Cirque ou des centres nationaux des Arts de la rue, notamment, qui continuent de défendre l’idée que l’art, la culture et le spectacle vivant doivent répondre à unemission de service public, c’est-à-dire proposer une offre artistique de qualité et accessible à tous sur le territoire national. Implantées de part et d’autre de l’Hexagone jusqu’en outre-mer, principalement dans des villes ou des agglomérations de taille moyenne, 70 scènes nationales emploient aujourd’hui plus de 1700 permanents, offrent près d’un million d’heures de travail à des intermittents du spectacle, et totalisent à elles seules plus de 3,5 millions d’entrées. 

Financées en grande partie par le ministère de la Culture et de la Communication et par les collectivités territoriales (villes, communautés de communes, conseils généraux, conseils régionaux), les scènes nationales reflètent les principaux courants de la création actuelle française et internationale et révèlent régulièrement de nouveaux talents, financent la création (production, coproduction), accompagnent durablement les artistes dans leurs recherches et leurs créations, contribuant ainsi au renouvellement des esthétiques, des langages artistiques et des talents. 
Elles sont, par ailleurs, le premier pôle d’éducation artistique et d’animation culturelle avec, toute l’année, des ateliers, des rencontres, des expositions, des spectacles décentralisés, des interventions d’artistes, des partenariats avec les réseaux associatifs, étudiants, sociaux, qui touchent plus de 460 000 personnes par an.
 
 
 
La Comédie de Clermont-Ferrand a obtenu le label « scène nationale » le 3 avril 1997. Elle est depuis une association régie par la loi de 1901. Elle compte aujourd’hui 17 salariés permanents. La saison dernière, 5501 personnes se sont abonnées et plus de 52574 spectateurs ont assisté aux 90 représentations proposées, permettant ainsi de fournir 17000 heures de travail à des artistes, intervenants ponctuels et intermittents du spectacle. Elle est la dernière scène nationale sans lieu dédié. Un projet de construction mené depuis plusieurs années est actuellement dans ses dernières phases de préparation, avec une ouverture envisagée pour la saison 2018-2019. Clermont-Ferrand sera alors dotée d’un nouveau bâtiment culturel majeur, érigé sur l’ancien site de la gare routière, mitoyen à la maison de la culture, et consacré aux missions de la scène nationale.