Les aiguilles et l’opium

Théâtre


Les aiguilles et l’opium

Robert Lepage


Trois événements, trois ruptures amoureuses, trois désamours imposés. En 1949, alors que Jean Cocteau est abandonné par Raymond Radiguet, Miles Davis l’est par Juliette Gréco et en 1991 Robert Lepage voit s’éloigner son amour américain de l’époque. Trois événements qui n’ont a priori rien à voir les uns avec les autres, mais que Robert Lepage associe, lui permettent d’inventer un spectacle fascinant, méticuleusement agencé, ultra-sophistiqué, une sorte de rêve, bercé par la musique de Miles Davis et des images qui nous entraînent dans une nuit envoûtante, traversée d’hallucinations. De ces trois moments de douleur bouleversant trois vies, va naître l’étonnant parcours nocturne, la dérive d’un homme seul dans une chambre d’hôtel devenant le lieu de la résilience. Robert Lepage, le plus emblématique des metteurs en scène canadiens, artiste pluridisciplinaire et véritable maître de l’illusion, ouvre son théâtre à toutes les formes artistiques qui peuvent l’enrichir et l’inscrire dans le monde d’aujourd’hui. Sans cesse réinventé depuis sa création en 1991, Les Aiguilles et l’Opium est l’un de ses spectacles cultes. Prenant de grandes libertés avec la véracité des histoires racontées, Robert Lepage s’expose, plonge en lui-même, pour faire entendre, au-delà de sa propre personne, la violence d’une dépendance amoureuse associée à une autre dépendance, celle des drogues, opium pour Jean Cocteau, héroïne pour Miles Davis. Des paradis artificiels, refuges illusoires dans les moments où tout semble s’effondrer autour de soi. Entre New York et Paris, dans la chambre d’hôtel de Saint-Germain-des-Prés, entre les notes du jazzman éconduit et les mots du poète, Robert Lepage invente un monde de fiction où tout devient possible grâce à sa maîtrise incomparable des nouvelles technologies, un monde d’une sombre beauté. Un moment magique.


Texte et mise en scène Robert Lepage

Assistant à la mise en scène Normand Bissonnette

Scénographie Carl Fillion

Conception des accessoires Claudia Gendreau

Musique et conception sonore Jean-Sébastien Côté

Conception des éclairages Bruno Matte

Conception des costumes François St-Aubin

Conception des images Lionel Arnould

Avec Olivier Normand et Wellesley Robertson III

 

Le texte du spectacle comprend des extraits de

Lettre aux américains et Opium de Jean Cocteau

 


Acheter

Jeudi 3 et vendredi 4 novembre à 20:30 

Maison de la culture

Salle Jean-Cocteau

Durée 1 heure 35

 

coproduction 

la comédie de clermont-ferrand



Facebook
Twitter