Maissiat

Balade musicale

Elle écrit, compose et interprète des chansons dont on perçoit très vite qu’elles révèlent la force de ses convictions et de ses engagements. Après une collaboration avec le groupe féminin Subway, qui a marqué l’histoire du rock clermontois, elle entame une carrière solo et enregistre deux albums très remarqués. Aujourd’hui, elle choisit de faire un pas de côté, associant dans une lecture-concert des chansons de son répertoire à des extraits de ses oeuvres de chevets. Tour à tour lectrice et chanteuse, elle nous invite à une promenade à travers les mots de ceux qui ont parfois bouleversé son regard sur le monde et transformé son propre travail de création. Accompagnée de deux musiciens, elle a imaginé un parcours où « chaque texte choisi et chaque titre s’articulent avec appétit ». Une ballade où elle s’expose comme femme et comme interprète, parlant toujours à la première personne du singulier, offrant des pages de ce journal intime qu’elle rédige à chaque étape de son chemin artistique. De Il était un piano noir, Mémoires interrompus de Barbara aux entretiens radiodiffusés de Marguerite Duras, des correspondances échangées entre Jean-Luc Godard et François Truffaut, des Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs aux Lettres à Yves de Pierre Bergé, elle rend un hommage pudique à tous ceux à qui elle pense devoir quelque chose. Se mettant totalement au service de ces auteurs, faisant entendre au plus près ces mots qui l’ont émerveillée, elle réalise l’autoportrait généreux d’une chanteuse revendiquant haut et fort l’influence de ces croisements qui l’ont enrichie. En l’écoutant, on se dit que le poète Paul Éluard avait raison lorsqu’il affirmait : « Il n’y a pas de hasards dans la vie, il n’y a que des rendez-vous ».

Le presse en parle :

Avec “Grand Amour”, son second album, où elle dépeint de sa plume délicate le tableau d'amours défuntes, la chanteuse au chapeau se révèle au grand jour.
Télérama - Marie-Catherine Mardi

En quatre ans, Maissiat s’est imposée comme une figure de la chanson française. On la connaissait depuis 2005 avec Subway, groupe féminin de Clermont-Ferrand, dans lequel elle était guitariste et chanteuse. On l’avait retrouvée en solo derrière un piano en 2012. Le romantisme de ses textes et la délicatesse de ses compositions ne laissaient planer aucun doute sur son talent en gestation accélérée.
Next Libération - Philippe Brochen

Ici la musique n'est pas un simple faire valoir des textes. Elle crée un univers, une atmosphère sur laquelle se détache une voix claire, précise - captivante même a capella - et sans hésitation.
Le Figaro -
François Delétraz

 

Mercredi 6 décembre à 19:30
et jeudi 7, vendredi 8 et samedi 9 décembre à 20:30

Maison de la culture salle Boris-Vian (entrée rue Abbé-de-l'Epée)

Durée 1 heure

Conception, composition et interprétation
Maissiat

Accompagnée par
Kenzo Zurzolo (claviers, choeurs) et Julien Ribeill (guitare, basse, choeurs)

Son
Christophe Menanteau

Lumières
Charly Lhuillier