Les Grands voyageurs

Au théâtre, les publics se croisent, et pendant le temps de la représentation, partagent de façon individuelle et collective une expérience de spectateur.

Afin de mieux appréhender les esthétiques contemporaines, nous avons imaginé un parcours, des escales curieuses, gourmandes et conviviales autour des grandes figures  de la mise en scène qui traversent les saisons théâtrales de La Comédie.

Analyses de spectacles, échanges avec d’autres spectateurs, rencontres avec des artistes…
Ce projet a déjà réuni une quarantaine de voyageurs de tous horizons sur la saison 2019-2020.

Chacune des escales fait l’objet d’un retour graphique grâce au regard d’illustrateurs.

> Feuilleter le programme des Grands Voyageurs 2019-2020

Escale #1 \ Danser en Géorgie

7 et 8 octobre 2019
Autour de Marry Me in Bassiani du collectif (LA)HORDE

– Apéritif de rentrée et Petite leçon de danse, par Sylvia Courty
À partir d’une présentation de la danse contemporaine dans son mouvement historique et artistique, nous irons chercher à la source de l’écriture contemporaine les inspirations, codes et ingrédients des danses populaires, traditionnelles et folkloriques.
– Représentation de Marry Me in Bassiani et rencontre avec les chorégraphes

Les Grands Voyageurs Acte I ZOOM

Galerie des dessins de l’illustratrice Jeanne Chopy

 

Escale #2 \ Aller simple vers la démocratie

Du 15 au 17 octobre 2019
Autour de Democracy in America de Romeo Castellucci

Rencontre avec Romeo Castellucci
Représentation de Democracy in America
Analyse chorale orchestrée par Amélie Rouher
Cartographie des émotions

Projet "Democracy in America" Escale 2 - © Valentine Traverse

© Valentine Traverse

Galerie des dessins de l’illustratrice Valentine Traverse

 

Escale #3 \ Au fil de l'eau

27 et 28 novembre 2019
Autour de Un Ennemi du peuple de Jean-François Sivadier

– Représentation de Un Ennemi du peuple et rencontre avec l’équipe artistique
– Analyse chorale orchestrée par Amélie Rouher
– Constellation du spectateur

Valentine Traverse

Galerie des dessins de l’illustratrice Valentine Traverse

 

contact

Laure Canezin
chargée des relation avec les public

Aurélie Réal
chargée des relation avec les public

Sylvie Weiss
responsable mécénat et partenariats entreprise

Un parcours élaboré avec la complicité d’Amélie Rouher, professeur de Théâtre et de Lettres, missionnée par le Rectorat auprès de la scène nationale et de Sylvia Courty, cofondatrice et codirectrice de Boom’structur

Les Petites leçons de danse

Ces petites leçons ne sont ni un cours de danse ni des conférences. Les petites leçons sont des introductions à la « danse contemporaine » sur des thématiques qui permettent une lecture des spectacles de danse à partir des enjeux de leur écriture. Nous convoquerons alors des notions, des images, des références communes pour élargir notre connaissance de la danse contemporaine.

L’Analyse chorale

Dans le cadre de l’école du spectateur, l’exercice de l’analyse chorale se déroule en aval de la représentation théâtrale. La parole libre entre les participants circule selon l’approche simple d’une remémoration collective du spectacle, puis d’échanges où le souci de repérages précis des phénomènes scéniques ouvre naturellement vers l’interprétation subjective et sensible propre à chaque spectateur. Le sens se construit de manière collective, dans le respect et la reconnaissance du caractère polysémique des signes du spectacle et de la lecture singulière de chacun. Aucun interdit, sauf un : le jugement de valeur. L’analyse chorale rejette le principe dialectique d’un « oui-mais » sur lequel nous avons tendance à structurer nos avis et débats. En ce sens, elle est non conflictuelle et reconnait positivement la parole de chacun comme participation à la construction d’un sens collectif et dans le dialogue de toutes les cultures qu’elles soient savantes, classiques ou populaires.

Les Constellations

La constellation du spectateur est un outil d’accompagnement participatif à la lecture et l’analyse du spectacle vivant. Elle s’appuie sur la reconnaissance de la culture de chaque participant sans jugement ni hiérarchisation de valeur ou de qualité de celle-ci.
La règle du jeu est simple : on demande à chaque participant d’apporter la représentation picturale d’une référence culturelle à laquelle leur a fait penser le spectacle. La source peut être puisée à l’envi, suivant le principe analogique du « ça me fait penser à » dans différents domaines de la culture classique ou populaire (cinéma, BD, publicité, peinture, sculpture, architecture, etc). L’animateur récupère alors une version imprimée de chaque représentation visuelle auprès des participants. Il a pris la précaution d’imprimer de son côté une dizaine de photos du spectacle. Il dispose au sol les photos de façon aléatoire, en ménageant des espaces vides. Ensuite, les participants viennent composer la constellation en déposant les images les unes par rapport aux autres. Cette disposition est libre et se termine quand le groupe est d’accord sur l’ensemble de son agencement.
Un commentaire collectif peut suivre qui vise à faire constater des liens dans les domaines  esthétiques, culturels, artistiques auxquels chacun n’avait pas forcément pensé. L’intérêt de cette prise de parole collective est de soulever et de révéler des éléments culturels que le jugement individuel n’aurait pas pu relever.