danse
en famille
avec vos ados
à partir de 12 ans
MARRY ME IN BASSIANI
(la)horde
mardi 8 et mercredi 9 octobre à 20:00
maison de la culture salle jean-cocteau
BORD DE PLATEAU MARDI 8 OCTOBRE à l'issue de la représentation

Après l’immense succès de To Da Bone, le collectif (LA)HORDE, qui vient d’être nommé à la direction du Ballet national de Marseille, a voulu retourner aux origines des danses traditionnelles et folkloriques géorgiennes, auto-proclamées « berceau de la danse en Europe », souvent dansées lors de mariages, convaincu qu’il n’y a pas de rupture totale entre ces formes historiquement datées et les formes plus contemporaines, post-internet, sur lesquelles il travaille habituellement.

Lire la suite...

La Géorgie, située à la croisée des routes qui mènent de l’Europe à l’Asie, a développé dans les années vingt un  mouvement chorégraphique exceptionnel qui unissait les traditions anciennes avec des éléments de danse classique, moderne et populaire. Une véritable « école » de danse naissait, qui allait devenir un enjeu politique national de revendication de l’identité géorgienne face à l’unification soviétique puis à la globalisation capitaliste. Aujourd’hui, c’est au son de la musique techno que des milliers de jeunes manifestent devant le Parlement de Tbilissi pour protester contre la fermeture du club Bassiani, haut lieu d’émancipation, considéré par le gouvernement conservateur géorgien comme un lieu de débauche et de  perversion. En unissant ces deux mouvements, (LA)HORDE s’attache à la puissance politique de la danse et utilise la virtuosité et l’audace des danseurs du Ballet Iveroni pour écrire une chorégraphie  exaltante qui circule entre danse traditionnelle et techno, véritables expressions d’une revendication populaire et d’une contestation pacifique par les corps.

La presse en parle

« (LA)HORDE, collectif à la créativité polymorphe, propose avec “Marry Me in Bassiani” une performance scénique où s’entremêlent danses traditionnelles et techno contestataire géorgiennes. Radical et inattendu. » Philippe Noisette – Les Inrocks

« (LA)HORDE : une compagnie sauvage qui remue la danse urbaine. » Télérama

« Le trio de chorégraphes puise dans l’underground l’inspiration de ballets aussi post-modernes que déroutants. » Technikart

rencontre avec (la)horde
MARDI 8 OCTOBRE l'issue de la représentation

Les rencontres et bords de plateau sont des moments privilégiés pour éclairer ou exprimer notre regard de spectateur et écouter la parole des artistes.

03 Marry Me In Bassiani
Durée estimée 1H30

Conception et mise en scène (LA)HORDE : Marine Brutti, Jonathan Debrouwer, Arthur Harel • Composition sonore Sentimental Rave • Scénographie Julien Peissel • Conception Lumière Patrick Riou • Avec l’ensemble Iveroni et le Maître de ballet Kakhaber Mchedlidze • (en alternance) Mari Bakelashvili, Gaga Bokhua, Tinatin Chachua, Natia Chikvaidze, Tornike Gabriadze, Iakob Gogotishvili, Tornike  Gulvardashvili, Levan Jamagidze, Giorgi Khubaevi, Nika Khurtsidze, Khatuna Laperashvili, Kakhaber Mchedlidze, Neli Mdzevashvili, Anzori Popkhadze, Vaso Tchikaberidze, Tamar Tchumburidze, Natia Totladze, Lali Zatuashvili • Production (LA)HORDE • Coproduction MAC – Maison des Arts de Créteil, Théâtre de la Ville – Paris, les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Maison de la danse de Lyon, TAP – Théâtre Auditorium de Poitiers, CCN de Nantes, Bonlieu -SN d’Annecy, Charleroi danse, Teatro Municipal do Porto, Kampnagel Hambourg, La Comédie de Clermont-Ferrand – SN, Fondation BNP-Paribas, Institut français, Les Salins – SN de Martigues, Fonds Transfabrik – Fonds franco-allemand pour le spectacle vivant – Soutien Grand T – Nantes • (LA)HORDE est soutenue par la Fondation BNP-Paribas; est artiste associé à la MAC – Maison des Arts de Créteil; est en résidence à la Gaîté Lyrique