Aurélia Lüscher & Guillaume Cayet

Guillaume Et Aurelia 3

Photo © Jean-Louis Fernandez
Illustration © Antoine+Manuel

https://www.ledesordredeschoses.org/

La compagnie, installée dans une ferme à Ennezat dans le Puy-de-Dôme, est née en 2014 de leur rencontre. Ils ont choisi de développer des projets qui lient intimement théâtre politique et dramaturgie poétique. À partir des textes de Guillaume, ils ont développé des cycles thématiques sur le post-colonialisme, les violences policières et la ruralité. Le désordre des choses mène depuis plusieurs années un travail territorial en créant des liens avec des associations, des écoles, des étudiants, des groupes de théâtre, et multiplient les formes artistiques dans des lieux non-théâtraux. Ils sont artistes associés à La Comédie depuis le printemps 2019.

Nous poursuivrons ou débutons avec eux plusieurs projets cette saison :
⟶ L’encadrement du groupe de lecteurs à voix haute initié la saison dernière
⟶ Une semaine d’atelier en centre pénitentiaire autour de la fabrique d’une émission de radio
⟶ Un cycle d’ateliers d’écriture dans le monde agricole
⟶ La suite de la tournée dans les villes et les villages d’Auvergne de leur création Neuf mouvements pour une cavale
⟶ Une résidence de travail du 8 au 22 février 2021 avant la création de leur spectacle La comparution (la hoggra)

Guillaume Et Aurelia
Photo © Jean-Louis Fernandez
les artistes associés à la comédie de clermont

Théâtre à partir de 16 ans – Du 23 au 27 février 2021 – Coproduction La Comédie de Clermont
Que se passe-t-il lorsqu’une famille est victime de violences policières ? Quel parcours du combattant s’engage ? Portée par sept acteurs et actrices aux côtés de deux rappeurs du groupe La Canaille, La comparution nous entraîne, toujours à hauteur d’homme, sur les chemins sinueux de la résilience pour interroger les mécanismes qui mènent aux affrontements et aux traitements judiciaires parfois inachevés.

+
fiction numérique
"in progress"

Écrit semaine après semaine et dévoilé chapitre par chapitre, la fiction Pour la beauté se  construit à la vue du lecteur qui s’inscrit alors dans la même temporalité que l’auteur dans la projection de l’histoire. Guillaume Cayet déploie un monde futuriste désenchanté où toute représentation théâtrale serait interdite, où les rapports humains seraient régis par la traque d’un État autoritaire et les (f)actions rebelles, secrètes et/ou organisées, engagées dans la transgression, le trafic, ou la persistance de l’art… Chaque semaine, un nouveau chapitre est dévoilé et le roman se construit sous nos yeux. Après avoir impulsé et coordonné l’atelier d’écriture en ligne et participatif au temps du confinement, l’auteur Guillaume Cayet apporte sa contribution en concevant un roman d’anticipation sous la forme d’un livre numérique. > Pour la beauté, à suivre ici…

+
Atelier d’écriture
en ligne

Inspirés, intrigués, curieux, petits et grands, expérimentez une nouvelle forme de partage de l’écriture… Le principe : Guillaume nous invite à nous réunir dans un atelier d’écriture en ligne ouvert à tous. Cet atelier propose d’écrire sur le thème suivant : « Alors maintenant qu’est-ce qu’on imagine ? ». Envoyez vos contributions à Guillaume Cayet, à l’adresse suivante
imagine@lacomediedeclermont.com

+
"un refuge (le temps des fins)"
Texte inédit de Guillaume Cayet

« La nuit est sombre comme une panthère des bois.
Wolfe a peur. Il tremble. Il dit qu’on aurait pas dû faire ça. Il regrette. Dans la nuit vacillante je sens le pouls de sa respiration saccadée comme le sucre-glace sur le gâteau que l’on prenait plaisir à dévorer gamin.e. Nous sommes programmé.e.s à cela, c’est tout à fait normal; regretter. Regretter le temps où il était encore possible d’être insouciant.e.s, blotti.e.s contre nos rêves et nos espoirs de mômes, où nous étions encore privilégié.e.s car élevé.e.s dans la naïveté d’un monde qui semblait aller vers son sacre. Une bonne nuit de sommeil évanouirait le regret, si seulement nous avions le temps de dormir. »

+
"l’enfant qu’on prenait
pour un escargot"
Texte inédit de Guillaume Cayet

« Dans l’espèce humaine, combien existe-t-il de sexes ?
Réponse A : il existe deux sexes.
Réponse B : il existe trois sexes.
Réponse C : il existe quatre sexes.
Réponse D : il existe sept sexes.
Réponse E : il existe autant de sexes qu’il y a de gens. »

Jens Stoltenberg, épigraphe

+
lectures en ligne

Guillaume Cayet nous conseille la visite de deux plateformes numériques qui recensent un grand nombre de textes ou d’essais… inspirés et engagés !
Le site de Lundi matin : https://lundi.am/
Les mots sont importants : http://lmsi.net/

+
playlist
la compil de Guillaume et Aurélia

+
Podcast
"Neuf mouvements pour une cavale"

Le texte poignant de Guillaume Cayet, artiste associé à La Comédie de Clermont, dans « L’atelier fiction » – émission du 13 septembre 2019

+
spectacle
"Neuf mouvements
pour une cavale"

Témoignage d’un état du monde rural français d’aujourd’hui inspiré du destin tragique de l’agriculteur Jérôme Laronze, tué par un gendarme après neuf jours de cavale. Un émouvant moment de théâtre ‟politique”, au sens noble du mot où nous accompagnons cet homme dans sa dérive solitaire et tragique, héros sacrifié pour l’exemple.

+
en itinérance

À l’automne 2019, Neuf mouvements pour une cavale a été présenté en itinérance, joué dans des fermes, des granges, chez les paysans. Toutes les infos à retrouver sur la page du spectacle.

+