un nouveau théâtre

ouvert sur la ville
1m8a1056 Photo Mathieu Noel

Photo © Mathieu Noel

Après plus de vingt-deux ans sans lieu qui lui soit propre, l’équipe de La Comédie entre dans son théâtre, lieu de création, de diffusion, lieu de vie, d’échange et de partage ouvert à tous, en centre-ville. Un théâtre qui lui permet de déployer pleinement ses missions.

Accueillie depuis sa création en avril 1997 dans diverses salles municipales ou voisines, dont principalement la maison de la culture, l’équipe de La Comédie de Clermont a su déployer des trésors d’imagination pour devenir, malgré tout un repère artistique et culturel incontournable dans le domaine du spectacle vivant, avec une programmation reconnue pour sa qualité, au cœur de l’actualité artistique, parvenant à favoriser au sein de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes la rencontre avec des artistes d’exception, maîtres reconnus ou créateurs émergents. Elle compte désormais plus de 6 500 abonnés et propose près de 130 représentations par saison dans les domaines du théâtre, de la danse, de la musique et du cirque.

un lieu de travail performant
pour les artistes

Une énergie ambitieuse au service d’un projet, le théâtre de La Comédie de Clermont, en lieu et place de l’ancienne gare routière de la ville, attenante à la maison de la culture, proche des facultés, de l’école d’art et des futurs Frac-Auvergne et grande médiathèque, dote une vaste population d’un lieu de vie culturelle majeur ouvert à la création contemporaine, facilitant le travail de recherche et de création de compagnies régionales, nationales et internationales.

Eduardo Souto de Moura
un architecte de l’intelligence
au service de l’humain
Lacomedie1erepierre©jeanlouisfernandez020 Min

Eduardo Souto de Moura aux côtés de Brigitte Lefèvre, présidente de la Comédie de Clermont, à Clermont-Ferrand, jour de la pose de la première pierre du futur théâtre de La Comédie. Photo © Jean-Louis Fernandez

Le bâtiment est signé par le grand architecte portugais Eduardo Souto de Moura (École de Porto, prix Pritzker 2011). La construction s’achève après 3 ans de travaux et plus de deux mois d’arrêt du chantier.

Son projet pour le théâtre de La Comédie a été unanimement salué pour sa sobriété et son intelligence. Depuis sa conception, les architectes et les services de la Ville ont travaillé en collaboration avec les équipes de La Comédie pour créer un outil de diffusion et de création performant et fonctionnel. « En architecture, il m’importe en premier lieu de résoudre des problèmes concrets et de me doter des moyens les plus simples et les plus immédiats pour y parvenir. » — Eduardo Souto de Moura


D’a : Vous avez donné une seconde vie à cette halle, réalisée dans les années 1960 par un élève de Perret, et vous avez su rester modeste en venant simplement en appui pour lui laisser le beau rôle…
E. SOUTO DE MOURA : « Je ne considère pas la halle de l’ancienne gare routière de Clermont-Ferrand comme un chef-d’œuvre. Mais elle possède une certaine dignité et fait partie de l’histoire de la ville – sa façade et sa coupole sont même inscrites à l’Inventaire des monuments historiques. De plus son architecte, Valentin Vigneron, est un élève de Perret. Et Perret m’intéresse surtout à travers sa polémique avec Le Corbusier sur l’opposition entre fenêtres verticales et fenêtres en longueur.
Et puis je n’allais pas arriver en conquérant dans une ville étrangère et m’imposer en considérant avec dédain ce que les autres maîtres d’œuvre avaient pu faire avant moi, pour apposer ma signature sur le sol de la ville. J’ai cherché à mettre en évidence la dignité du travail de Valentin Vigneron en m’effaçant derrière sa halle et en lui insufflant le maximum de puissance. La ville est complexe, mais ce n’est pas un chaos : elle est tissée d’intentions qu’il faut savoir déceler pour mieux les compléter…/… »
d'architectures - entretien avec Eduardo Souto de Moura
> Lire l’entretien avec Eduardo Souto de Moura
D’a Magazine, Le Grand Entretien
Rédigé par Richard Scoffier – Publié dans dle 04/11/2020

les salles de spectacles
un équipe scénique performant
la salle de l’horizon

Du haut de ses 878 places toutes situées au parterre, la salle de l’Horizon offre une vue imprenable sur son plateau à la profondeur remarquable. Une salle frontale constituée d’un parterre unique de 878 places dont 10 accewssibles aux PMR. Un plateau de 600 m² (30 m de large par 20 m de profondeur). Un cadre de scène de 18 m d’ouverture par 9 m de haut. Un grill technique à 21 m de hauteur qui offre 48 porteuses informatisées à vitesse variable, 14 moteurs ponctuels et de multiples possibilités d’accroches. Une régie lumière, son et vidéo ouverte en salle.

la salle des possibles

Aussi vaste que le plateau de la grande salle, est entièrement modulable. Avec sa grande vitre laissant entrevoir la rue Léo-Lagrange, aujourd’hui piétonne, elle a un accès depuis celle-ci, et laisse la possibilité aux compagnies de jouer avec la lumière du jour et aux piétons de jeter un œil sur l’activité en cours. Un plateau de 600 m² (30 m x 20 m). Un gradin modulable qui permet, lorsqu’il est déployé, une configuration frontale pouvant recevoir 336 spectacteurs assis, et lorsqu’il est repilé jusqu’à 1000 sepctateurs debouts. Il permet également une configuration bi-frontale et tri-frontale. Un grill technique à 9 m de hauteur et sur toute la surface de la salle équipée de 8 porteuses motorisées déplaçables, 12 moteurs ponctuels et de multiples possibilités d’accroches. Une régie son, lumière et vidéo en cabine ouverte.

le studio de répétitions

Les compagnies reçues dans la programmation ou invitées pour des périodes de résidence de création disposent désormais d’un magnifique espace de travail de 230 m2 . Doté d’un petit gradin de 50 places, il offre la possibilité d’accueillir du public pour des temps de répétitions ouvertes, des rencontres, des représentations singulières. Un plateau de 230 m² à proximité immédiate des loges Un gradin de 50 places assises. Une verrière et un accès direct au patio. Un grill fixe à 6,50 m de hauteur

le hall des pas perdus

Grand espace d’accueil et de vie, prolongement naturel de la rue, le hall des Pas perdus, ancienne gare routière de Clermont, a été pensé comme un lieu de passage, de rendez-vous, de rencontres et de découvertes ou de programmations parallèles à habiter petit à petit, prenant en compte la présence des nombreux étudiants et habitants voisins ainsi que la dynamique et la diversité de toute la population.

les traversées

Avec trois salles de médiation dénommées Les Traversées (Traversée nord, sud, centrale), La Comédie offre des espaces de travail, d’éducation et de formation artistiques et de partage d’expériences à des groupes de publics de spectateurs et de scolaires. La bibliothèque du spectacle vivant, de plusieurs centaines d’ouvrages, est une donation de deux abonnées de la première heure.

le café-bistro-restaurant

Avec Les Grandes Tables de La Comédie, le théâtre se dote d’un endroit de convivialité ouvert toute la semaine, traversé par des propositions culinaires et artistiques dans une réflexion partagée autour de la programmation. « Ce n’est pas un concept, plutôt un esprit », confie Fabrice Lextrait. Cet acteur de la culture est à l’initiative des Grandes Tables de la Friche Belle de Mai avec MarieJosée Ordoner, projet qui a vu le jour à Marseille en 2006. À Calais, ce sont Les Grandes Tables du Channel. À Clermont, il y a maintenant Les Grandes Tables de La Comédie