KANON POKAJANEN

Musique


ARVO PÄRT
chœur de chambre philharmonique estonien


Tous, que nous le sachions ou pas, nous avons quelque chose d’Arvo Pärt en nous, des passages de certaines de ses compositions qui ont fait le tour du monde, l’atmosphère de sa musique, l’état de silence dans lequel elle nous plonge, l’impression de la comprendre avec l’instinct comme si elle nous était directement adressée. Né en 1935, près de Tallinn, en Estonie, fils de ce XXe siècle européen de fer et de sang, témoin de bouleversements politiques vertigineux, le secret Arvo Pärt est devenu, au prix d’une constance inouïe, l’un des compositeurs contemporains les plus enregistrés, les plus interprétés et les plus prolifiques. Souvent associé, sinon réduit, à la culture New Age ou au minimalisme postmoderne, quelquefois méprisé ou sous-estimé en raison du succès que son œuvre rencontre, Arvo Pärt est aujourd’hui, d’abord, un compositeur inclassable, de nulle part et de partout. Un musicien du monde au langage devenu presque universel. Parce qu’il a vu aussi dans l’ex-bloc soviétique la fureur consumériste remplacer le matérialisme doctrinal, Arvo Pärt s’est attaché à l’édification d’une œuvre de haute spiritualité, ne récusant ni la consolation ni la méditation. Kanon Pokajanen (Canon de la repentance) en est l’illustration. Fidèle aux textes en langue slavonne d’un hymne de repentance de la tradition liturgique orthodoxe, cette pièce écrite pour un chœur mixte a été créée en 1997 à l’occasion du 750e anniversaire de la cathédrale de Cologne. Kanon Pokajanen est chanté par le chœur de chambre philharmonique estonien et dirigé par Tõnu Kaljuste, interprètes historiques de l’œuvre chorale d’Arvo Pärt et dédicataires de celle-ci.


conducteur et direction musicale Tõnu Kaljuste
chef de chœur Heli Jürgenson
avec
un chœur de 26 chanteurs (distribution en cours)


Kanon Pokajanen, Ode VII, interprétée par le chœur de chambre Aquarius en 2010
 

Björk interviews Arvo Part


Acheter

mardi 27 et mercredi 28 janvier à 20:30
Église Saint-Genès-Les-Carmes
durée 1 heure



Facebook
Twitter