La Bobine DE RUHMKORFF

Théâtre


Pierre meunier


Heinrich Ruhmkorff, ingénieur franco-allemand du XIXe siècle, est passé à la postérité pour avoir inventé une bobine d’induction capable de transformer une énergie de faible intensité en décharge de 60000 volts. Jusque-là, rien que de la physique et du progrès technique purs et durs. Ni les sentiments ni le corps ne sont en jeu dans cette affaire. Il a fallu que longtemps, bien longtemps plus tard, Pierre Meunier, homme de théâtre, bricoleur céleste et mécanicien poète, s’empare de l’invention de Ruhmkorff pour chambarder une frontière jusqu’ici parfaitement stable : technique d’un côté, désir de l’autre. En effet, ce que voit Pierre Meunier dans cette bobine de Ruhmkorff et que nul avant lui n’avait entra­­perçu, est tout simplement un système de décharge (attraction, inertie, pesanteur, tension) entre deux en­tit­és désirantes.
Désor­mais, tout ou presque se démontre et s’explique au moyen de cette petite machine accélératrice d’énergie, la fusion des êtres, la fulgurance, la répulsion… Ainsi donc, Pierre Meunier, avec La Bobine de Ruhmkorff, peut-il poursuivre et approfondir son ambitieux programme de recherche entrepris en 2010 dans Sexamor, avec l’auteure et metteuse en scène Nadège Prugnard. Lui que l’on a vu dresser des cailloux et des pneus, invente ou réinvente ici les mots du sexe comme s’ils étaient du fer, du cuivre ou de la terre. Sur un plateau rempli de machines petites et grandes, traversé de fils électriques, encombré de matériaux utiles à ses diverses démonstrations, il malaxe la langue, l’arrondit, l’assouplit, la transforme. Il en éprouve la solidité sans jamais nous laisser en chemin. Pierre Meunier le tendre, le sage, le drôle, le robuste, nous apprend l’art de désirer.


texte, jeu et mise en scène Pierre Meunier
collaboration artistique Marguerite Bordat
lumière Bruno Goubert
construction et régie plateau Frédéric Kunze
peinture Catherine Rankl
voix Valérie Schwarcz


avoiraussi

 

Forbidden di sporgersi :

24-27 février 2015



Acheter

14, 15, 16, 17 octobre à 20:30
maison de la culture salle Boris-Vian
(entrée rue Abbé-de-l’Épée)
durée 1 heure 15



Facebook
Twitter