lied ballet

Danse

création


thomas lebrun


Avec Lied Ballet qu’il crée au Festival d’Avignon 2014, Thomas Lebrun énonce avec clarté son projet d’artiste chorégraphe. En associant pour cette création le lied et le ballet, il invoque deux genres artistiques majeurs, étroitement associés au romantisme et à une vision populaire de l’art et de la culture. Avant de devenir savants, le lied et le ballet ont en effet « parlé » la langue du peuple. Pour autant, Lied Ballet ne témoigne pas d’une nostalgie des racines perdues. C’est l’approfondissement de la pensée d’un artiste d’aujourd’hui et pour aujourd’hui, esquissée de longue date et particulièrement manifeste en 2012 avec La Jeune Fille et la Mort, que Thomas Lebrun présente quelques semaines après sa nomination à la tête du centre chorégraphique national de Tours. On pouvait y voir une danse des sentiments, confiante, rassembleuse, jamais dissociée de la musique, soucieuse de théâtralité, de lisibilité, consciente de sa dette à l’égard d’une histoire qui la dépasse. On y voyait aussi une danse d’interprètes plus que de chorégraphe, illustrant cette réflexion de Thomas Lebrun lui-même, « Il faut aimer la danse plutôt qu’aimer être artiste. » Écrit pour huit interprètes, Lied Ballet explore les lieder du grand répertoire (Schubert, Mahler, Berg), enregistrés ou chantés live par le ténor Benjamin Alunni, comme autant de petits livrets éphémères. Se jouant des époques, des codes et des formes, Thomas Lebrun dessine avec sérénité le chemin de sa danse.


chorégraphie Thomas Lebrun
avec
Maxime Camo, Anthony Cazaux, Raphaël Cottin, Anne‑Emmanuelle Deroo,
Tatiana Julien, Anne-Sophie Lancelin, Matthieu Patarozzi, Léa Scher
chant Benjamin Alunni (ténor)
piano Thomas Besnard
musiques Giacinto Scelsi, Alban Berg, Gustav Mahler, Arnold Schönberg,
Franz Schubert
création musicale David François Moreau
création lumière Jean-Marc Serre
création son Mélodie Souquet
création vidéo Charlotte Rousseau
création costumes Jeanne Guellaff et réalisation avec Sylvie Ryser


 


Acheter

mercredi 18 mars à 20:30
maison de la culture salle Jean-Cocteau
durée 1 heure 10 environ



Facebook
Twitter