TOUJOURS LA TEMPÊTE

Théâtre

création


peter handke
alain françon


Un homme sur un banc, un vieil écrivain, « dans une lumière qui n’est d’aucune saison, sans un souffle d’air ». Il est le descendant. Autour de lui, se rassemblent les ancêtres. Ils forment une grappe ou un entrelacs de racines. Il y a la mère, les frères et la sœur de la mère, les grands-parents. Une histoire de famille qui traverse le temps et que traversent les deux guerres mondiales du XXe siècle. Cela se passe en Carinthie, dans le sud de l’Autriche. Lorsqu’il parle des personnages de Toujours la tempête de Peter Handke, le metteur en scène Alain Françon évoque des figures échappées d’une fresque de Giotto. Dans ce poème épique, alternant les dialogues et les monologues, comparable à un paysage le plus souvent paisible, rien n’est assigné. La tragédie, le dégoût du monde sont là, comme des traits de crayon, mais ils ne sont pas le centre. D’ailleurs, il n’y a pas de centre. Alain Françon, qui met en scène pour la première fois un texte de Peter Handke, parle avec admiration de son écriture périphérique. Il dit que l’écrivain tisse une toile sans jamais emprisonner le lecteur dans le fil de sa trame. « Je viens d’un théâtre militant qui assénait la vérité. J’ai été un brechtien convaincu. J’ai eu besoin de beaucoup de temps avant de comprendre qu’il me fallait m’y prendre différemment… Tchekhov m’y a aidé. Il faut d’abord trouver l’espace poétique, sans naturalisme, avec délicatesse, entre présence et absence, ne rien imposer et puis, si possible, avoir la grâce. » La grâce ici s’appelle aussi Dominique Reymond, Stanislas Stanic, Laurent Stocker, Nada Strancar, Dominique Valadié, Wladimir Yordanoff, Gilles Privat et Pierre-Félix Gravière choisis par Alain Françon pour nous montrer la route.


mise en scène Alain Françon
texte français Olivier Le Lay
avec
Pierre-Félix Gravière, Gilles Privat, Dominique Reymond, Stanislas Stanic, Laurent Stocker (de la Comédie-Française), Nada Strancar, Dominique Valadié, Wladimir Yordanoff
décor Jacques Gabel
lumière Joël Hourbeigt
costumes Sarah Leterrier
musique Marie-Jeanne Séréro
chorégraphie Caroline Marcadé
son Léonard Françon



Acheter

mardi 5 et mercredi 6 mai à 20:00
maison de la culture salle Jean-Cocteau
durée 3 heures 15 avec entracte

coproduction la Comédie de Clermont-Ferrand



Facebook
Twitter